Devis gratuit de débarras

Débarras de maison

Le débarras professionnel

telephone debarras de maison

Contact

Les critères qui influent sur la valeur d’un meuble ancien

Bien qu’il soit de moins en moins prisé, le meuble ancien reste présent dans de nombreux logements. Héritage familial ou bonne affaire récupérée pour quelques euros dans une brocante ou sur Internet, ces objets peuvent avoir de la valeur. Pour autant, il est important de prendre conscience du fait que meuble ancien n’est pas forcément synonyme de convoitise : quels sont les meubles qui rapportent vraiment ? Comment les reconnaître ? Voici 5 critères essentiels à prendre en compte avant de penser à une revente !

Évaluer la valeur d'un meuble ancien, un travail complexe
Évaluer la valeur d’un meuble ancien, un travail complexe

L’état du mobilier, déterminant

Un meuble doit être fonctionnel pour être revendu facilement
Un meuble doit être fonctionnel pour être revendu facilement

Avant même d’envisager de revendre un élément de mobilier, il est primordial de s’intéresser à son état : c’est la première condition pour espérer le céder à un prix avantageux. Concrètement, si la porte d’une armoire ne ferme plus ou si le tiroir d’une commode ne glisse pas correctement, il ne faudra pas aspirer à en tirer des centaines ou des milliers d’euros.

Lorsque l’on évoque l’état du mobilier, il faut bien noter que plusieurs critères sont à considérer. En premier lieu, il faut que le meuble soit encore fonctionnel : un accoudoir manquant sur un fauteuil, un sommier sur lequel une latte fait défaut ou un tiroir sans poignée sont autant de détails qui vous compliqueront la vie si vous voulez revendre un bien !

En outre, il faut aussi penser à l’aspect physique du meuble. Bien sûr, s’il est ancien, on tolèrera les usures traditionnelles, qui attestent même de l’authenticité du produit. Malgré tout, une peinture trop écaillée ou un pied élimé n’encourageront certainement pas à l’achat.

D’une façon générale, l’état de votre meuble ancien apparaît comme un indice sur la démarche à suivre. S’il est prêt à être réutilisé, vous pouvez publier une annonce sur un site de particulier à particulier ou vous diriger vers un dépôt-vente, par exemple. En revanche, pour un produit partiellement abîmé, il faudra plutôt solliciter les services d’un professionnel de la restauration qui, le plus souvent, assure aussi la revente de l’objet.

Image «

La composition : des bois plus recherchés que d’autres

Les meubles en acajou sont très recherchés
Les meubles en acajou sont très recherchés

La simple notion de « meuble en bois » est en réalité très vague : il existe de très nombreuses essences et, sur le marché, elles ne sont pas toutes convoitées de la même façon. En ébénisterie, on parle de bois précieux pour désigner les matières utilisées pour créer des meubles en bois massifs ou réaliser des pièces uniques en lutherie.

Parmi les bois les plus prisés, on trouve l’acajou (aujourd’hui surcoté), l’ébène, le noyer, le châtaigner ou encore l’érable. À l’inverse, le pin et le mélèze — ou encore l’aggloméré — sont des matières qui, sur le marché, ne permettent pas d’atteindre des prix de vente élevés. Sur le plan de la composition, on note également l’importance de la technique de fabrication. En effet, un produit conçu à la main de façon artisanale a automatiquement plus de valeur qu’un produit manufacturé. Sur le plan de la décoration, le placage, la marqueterie ou encore la dorure sont autant d’éléments qui créent aussi de la valeur.

Tous les accessoires ajoutés au meuble lui confèrent également de la valeur, sachant qu’ils agissent parfois comme des indices utiles afin de déterminer l’époque d’origine. Les bronzes et passementeries ainsi que les entrées de serrures sont des indices permettant de savoir si le meuble ancien en question est potentiellement convoité.

Les styles : pas tous logés à la même enseigne !

L'époque Louis Philippe, aujourd'hui encore appréciée
L’époque Louis Philippe, aujourd’hui encore appréciée

Si beaucoup de critères influent sur la valeur d’un meuble, le style reste un classique. En réalité, d’année en année, tous les meubles d’un même style subissent la même évolution, que leur convoitise augmente ou diminue. En ce moment, on observe par exemple un véritable regain d’intérêt pour la tendance art nouveau, alors même que l’époque Henri III perd de son attractivité.

Depuis une trentaine d’années, les styles régionaux sont très recherchés. En province, les Français cherchant à équiper leur résidence secondaire se tournent très souvent vers ces produits marqués par une identité territoriale. En outre, les styles Restauration, Louis-Philippe et Napoléon III sont assez souvent recherchés et les prix ont plutôt tendance à augmenter dans le secteur. Il s’agit uniquement de meubles d’origine du XIXe siècle.

Plus populaires encore, les produits style « art déco », tout droit sortis des années 1920. De nos jours, ils sont extrêmement rares, ce qui les rend encore plus précieux ! Ainsi, si vous retrouvez un produit signé Dunand, Printz ou encore Leleu, vous pouvez vous assurer de le revendre à un prix fort.

Vous voulez revendre des meubles conçus dans un style qui ne rapporte pas aujourd’hui ? Attendez quelques années ou confiez-les à vos enfants, les modes changent et ce qui n’est pas prisé actuellement peut valoir de l’or demain !

L’âge : un critère déterminant mais complexe

Naturellement, l’âge d’un meuble ancien joue un rôle sur sa valeur. Mais contre toute attente, les produits les plus anciens ne sont pas nécessairement ceux que l’on vend le plus cher : tout est une affaire de styles et de modes.

Pour commencer, il faut bien maîtriser la différence entre meuble de style et meuble d’époque : le premier est une copie moderne tandis que le second a été conçu à l’époque citée. Forcément, le meuble d’époque vaut plus cher que le meuble de style. Cependant, certaines copies sont particulièrement fidèles, ce qui implique de solliciter un professionnel avant la revente.

D’une façon générale, un meuble de plus de 100 ans est ancien. S’il a résisté au temps, il prendra de la valeur — et gagnera, en moyenne, 20 % de valeur par an. Toutefois, cette information est à nuancer : si le meuble ne tient pas et commence à montrer des signes de faiblesse, il n’augmentera pas autant en valeur.

Pour conclure, gardez en tête qu’un meuble contemporain se vend rarement pour plus de 100 €, tandis qu’un meuble ancien peut atteindre les 1 500 €. Enfin, les produits d’exception s’arrachent parfois pour plusieurs milliers d’euros, notamment quand ils sont en très bon état et qu’ils proviennent d’une époque recherchée.

Il n'est pas toujours évident d'identifier l'âge d'un meuble
Il n’est pas toujours évident d’identifier l’âge d’un meuble

Siège social - Etablissement principal

SARL Art-Emis - debarras-de-maison

ZA De l'écluse
10 avenue d'Armorique
22120 YFFINIAC

France


06 08 16 87 59

06 17 54 29 89


SARL au capital de 10 000 €
SIRET 79254104700017

Réseaux sociaux

blog  Blog

blog  Facebook

blog  Twitter