Devis gratuit de débarras

Débarras de maison

Le débarras professionnel

telephone debarras de maison

Contact

Comment faire la différence entre récupération et syllogomanie ?

Dans une société où les considérations écologiques prennent une place de plus en plus significative, beaucoup de sujets se lancent dans la récupération, afin de consommer le moins possible – et de solliciter la majeure partie du temps des accessoires de second emploi au quotidien. Cependant, quand la récupération devient une véritable passion, la personne dont il est question peut être amenée à accumuler des quantités importantes d’objets à priori sans utilité chez elle. Comment distinguer le hobby du trouble du comportement ? À partir de quel moment doit-on s’inquiéter et penser à la syllogomanie ?

L'entassement compulsif et la récupération ne se manifestent pas de la même manière
L’entassement compulsif et la récupération ne se manifestent pas de la même manière

Rappels sur la syllogomanie ou syndrome de Diogène

Nous abordons fréquemment la thématique du syndrome de Diogène – ou syllogomanie – sur le site de Débarras de Maison, car nous y sommes quotidiennement confrontés.

Quand on conserve sans objectif, on peut craindre la syllogomanie
Quand on conserve sans objectif, on peut craindre la syllogomanie

Concrètement, les personnes qui en sont victimes souffrent d’une profonde détresse psychologique, qui les pousse à adopter des comportements malsains et dangereux (pour eux, pour leur santé, pour leur habitat).

La syllogomanie est une maladie reconnue par le corps médical, dont le principal symptôme reste l’accumulation compulsive d’objets en tout genre. Certains conservent des emballages sans raison claire, d’autres entassent des magazines, parfois même des déchets. Rapidement, leur domicile peut devenir insalubre, ce qui favorise l’apparition de nuisibles, de moisissure, de poussière et de nombreux éléments potentiellement néfastes pour le bien-être.

Quand il est diagnostiqué, le syndrome de Diogène nécessite une prise en charge pluridisciplinaire. Fréquemment, la victime est repliée sur elle-même et refuse toute aide. Il est donc difficile d’initier un protocole de soin. Cependant, lorsqu’on y parvient, on met en place des suivis psychologiques, des thérapies cognitivo-comportementales voire des traitements médicamenteux contre la dépression, souvent associée à la syllogomanie.

Compte tenu de sa gravité, cette maladie peut faire peur. C’est la raison pour laquelle face à quelqu’un qui semble récupérer sans compter et sans se soucier des objets qui s’entassent chez lui, les proches angoissent. Voici quelques conseils qui vous permettront de distinguer le récupérateur écolo du syllogomane qu’il faut aider de toute urgence !

Les principales différences entre récupération et syllogomanie

Imagination et activité VS sédentarité et démotivation

Au quotidien, un récupérateur averti a presque toujours une idée derrière la tête quand il ramène quelque chose chez lui.

Le récupérateur cherche sans cesse de nouvelles idées, le syllogomane est démotivé
Le récupérateur cherche sans cesse de nouvelles idées, le syllogomane est démotivé

En ce sens, vous pouvez trouver étonnant qu’il ne jette pas ses capsules de café après utilisation, mais il existe une astuce permettant de les réemployer pour y mettre de petites plantes et créer des décorations « maison ».

Votre passionné de récup’ aura aussi peut-être la manie de garder ses boîtes de conserve vides, une pratique qui peut faire écho à de la syllogomanie. Mais il pensera bien à retirer les étiquettes, s’amusera éventuellement à les customiser et les transformera en pots à crayons / pinceaux, par exemple.

En somme, le syllogomane et le récupérateur peuvent avoir tendance à accumuler le même type d’objets chez eux. Mais si le premier reste dans une attitude sédentaire et inactive, ne prend pas d’initiative et ne touche généralement pas à ce qu’il entasse, le second ne perd pas une minute avant de redonner vie aux éléments collectés. Deux comportements fondamentalement opposés !

Une idéologie de la vie VS une perte totale de l’estime de soi

Dans son comportement habituel, le syllogomane se différencie véritablement du récupérateur.

Le syndrome de Diogène cache avant tout une véritable détresse
Le syndrome de Diogène cache avant tout une véritable détresse

En effet, pour rappel, le syndrome de Diogène est un trouble psychiatrique bien souvent associé à une dépression et à d’autres problèmes comme l’anxiété, la perte de l’estime de soi voire le retrait total de toute vie sociale. Les victimes semblent généralement dans un état de profonde tristesse, et ne cherchent pas le lien social.

Une personne qui récupère les objets va au contraire aller vers les autres pour trouver de nouvelles idées, s’inspirer et élaborer de nouveaux projets à base de produits qui auraient fini à la poubelle sans son intervention. Elle revendique une véritable idéologie autour de ses pratiques, qu’elle est capable de justifier et qu’elle considère même comme profitables pour la planète (et pour son porte-monnaie).

Une maison différente VS une maison insalubre

La maison d’un syllogomane et l’habitation d’une personne qui pratique beaucoup la récupération ne délivrent pas les mêmes sensations lorsque l’on y entre.

La décoration avec des objets de récupération crée une atmosphère spécifique qu'il ne faut pas confondre avec de la syllogomanie
La décoration avec des objets de récupération crée une atmosphère spécifique qu’il ne faut pas confondre avec de la syllogomanie

Dans le cas d’un entassement maladif et compulsif, il n’est pas rare de voir les pièces de vie dans un état d’insalubrité réel : les moisissures sont parfois apparentes, des odeurs nauséabondes se répandent dans l’espace et le manque d’entretien ne fait aucun doute.

Dans la maison d’un récupérateur en herbe, il est vrai qu’on ne se sent pas toujours comme dans un intérieur contemporain. En effet, les puristes peuvent créer leurs propres meubles, utiliser des palettes pour concevoir des tables, des anciens emballages pour former des rangements, etc. Forcément, on remarque tout de suite qu’on entre dans un univers bien particulier. Mais il n’est pas ici question de saleté ou de désordre : bien qu’elle soit en marge des habitations les plus répandues, la maison est tenue correctement.

Syllogomanie avérée : que faire ?

Si vos investigations vous encouragent à penser que l’un de vos proches est atteint de syllogomanie, tentez rapidement de lui venir en aide, car il sera très difficile pour lui de formuler un appel au secours de manière autonome.

Il n’est pas toujours facile de faire prendre conscience au malade de son problème, car celui-ci vit bien souvent dans le déni le plus total. Il peut être nécessaire de demander à d’autres proches d’intervenir, ceux qui sont les plus à l’aise avec la personne et qui ont le plus de chances d’être écoutés.

Par la suite, une prise en charge d’ordre médical sera probablement indispensable. Et lorsqu’il faudra repartir de zéro et nettoyer la maison, n’hésitez pas à contacter l’entreprise Débarras de Maison. Nous pouvons venir sur les lieux retirer tous les encombrants, effectuer un tri minutieux pour recycler ce qui peut l’être et faire les déplacements en déchetterie requis. Nous agissons toujours dans le souci de respecter nos clients : nous faisons preuve de tact tout au long de la collaboration, nous élaborons des devis clairs et nous tenons tous nos engagements (délais, prix, prestations, etc.).

Siège social - Etablissement principal

SARL Art-Emis - debarras-de-maison

ZA De l'écluse
10 avenue d'Armorique
22120 YFFINIAC

France


06 17 54 29 89

06 08 16 87 59


SARL au capital de 10 000 €
SIRET 79254104700017

Réseaux sociaux

blog  Blog

blog  Facebook

blog  Twitter